Appareils connectés et gaspillage énergétique

Publié le vendredi 8 juillet 2016

Appareils connectés et gaspillage énergétique

Les appareils électriques ont envahit notre quotidien. Tablettes, smartphones, électroménager…. Tous ces appareils sont de plus en plus gourmands en énergie électrique et augmentent considérablement la facture. C’est pourquoi l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) a récemment publié un rapport visant à attirer l’attention des particuliers, des autorités et des fabricants d’appareils électriques sur la consommation énergétique de ces équipements connectés.

Des équipements de plus en plus gourmands

Les appareils connectés sont en pleine expansion, mais la multiplication de ces objets est pointée du doigt, car elle augmente les dépenses et le gaspillage énergétiques des foyers français. Certes, ces équipements sont utiles, mais bien trop souvent, ils sont mal utilisés. En effet, l’AIE dénonce l’usage de la « veille », qui est à l’origine d’un important gaspillage d’énergie. Le rapport de l’Agence souligne qu’un appareil qui est en mode veille consomme presque autant d’énergie qu’un appareil allumé. Les appareils connectés consomment 616 TWh d’énergie et sur ces 616 TWh, 400 seraient consommés inutilement. Le plus inquiétant, selon l’agence, est que d’ici 2025, cette consommation pourrait doubler et représenter 6 % de la consommation d’électricité actuelle de la planète.

Actuellement, 25% de l’énergie générale que nous consommons relève du gaspillage. Des pertes qui pourraient facilement être évitées. Selon les experts de l’ONG NégaWatt,  ce gâchis aurait un impact direct sur le réchauffement climatique. Rapport que confirme l’Ademe, en affirmant dans une de ses études que la France, si elle ne réduit pas sa consommation d’énergie de moitié, ne parviendra pas à atteindre l’objectif des 2°C.  Il est donc urgent de prendre conscience de ce problème et agir en conséquence.

Quelles solutions ?

Toujours selon l’AIE, des technologies peuvent pallier à ce problème. Par exemple, la taille limitée des batteries des appareils nomades, tels que les smartphones, a conduit les fabricants à développer des technologies économes en énergie. Il suffirait de transférer ces technologies vers les appareils non-nomades. Des mesures simples comme celle-ci pourraient réduire la consommation d’énergie des appareils connectés de plus de 65 %, selon les estimations de l’Agence Internationale de l’Énergie.

Ce gaspillage à répétition est un problème pour l’acheteur, car il paye une facture gonflée inutilement. Mais c’est également un problème pour l’environnement, puisque la production de toute cette électricité entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre et accélère un peu plus le réchauffement climatique.
C’est l’une des raisons pour lesquelles l’AIE souhaite que les autorités, les fabricants et les clients prennent conscience de cette réalité et fassent les efforts indispensables à l’amélioration de l’efficacité des appareils connectés afin de limiter cette perte énergétique et de proposer des appareils moins énergivores.

«
»