Un chèque énergie pour lutter contre la précarité énergétique ?


Cet article aborde les points suivants :


chèque énergie

Dans son rapport 2013, Jean Gaubert, Médiateur de l’énergie, dressait un premier constat sur l'application de la trêve hivernale des coupures d’énergie. Instaurée par la loi Brottes d'avril 2013, elle interdit aux fournisseurs de couper l'électricité et le gaz aux particuliers ne payant pas leurs factures entre le 1er novembre et le 15 mars. Cette loi a aussi porté le nombre de foyers bénéficiaires des tarifs sociaux de 1,3 à 4 millions. Pourtant, selon le Médiateur, seulement 2,2 millions de foyers en bénéficient aujourd'hui en raison de la complexité des démarches.

Une hausse de la précarité énergétique

Dans son communiqué, Jean Gaubert a indiqué « Avec une dette moyenne de 1 900 euros, les consommateurs qui font appel à nous pour des difficultés de paiement ont d'abord besoin que l'on prenne en compte leur situation et qu'un échéancier de paiement soit mis en place ». Une situation qui ne va pourtant pas s’améliorer dans les années à venir selon M. Gaubert.

Le chèque énergie : une solution contre la précarité ?

Depuis quelques années déjà, l’instance de Médiateur de l’énergie plaide pour la création d'un chèque énergie qui réduirait la précarité en donnant un peu de visibilité et de sécurité à ses bénéficiaires. En effet, en juillet dernier, un rapport de l'Agence de l'environnement et des économies d'énergie (ADEME) indiquait que les démarches administratives pour bénéficier des tarifs sociaux étaient bien trop compliquées et aboutissaient à des inégalités. Ces difficultés rendant le dispositif inaccessible à nombre de bénéficiaires. Jean Gaubert jugeait également son montant (8 euros par mois) insuffisant et préconisait de le monter à 16 euros tout en le complétant par un chèque applicable à toutes les énergies, fioul et bois compris.Rappelons que l'Insee recense aujourd’hui près de quatre millions de ménages en situation de précarité énergétique, c’est à dire devant consacrer au moins 10 % de leurs revenus pour payer leur facture énergétique.