Programme Habiter Mieux : priorité aux ménages les plus modestes


Cet article aborde les points suivants :


programme habiter mieux

Mis en place par l’Anah (agence nationale de l’habitat) en 2011, le programme Habiter Mieux a déjà pu aider plus de 70.000 ménages pour la rénovation énergétique de leur logement. Cependant, le succès du programme est si important que son financement s’en voit compromis. L’Anah a donc décidé de freiner la délivrance des aides qui seront attribuées en priorité aux ménages très modestes et aux habitants de logements très dégradés.

Qu’est ce que le programme Habiter Mieux ?

Le programme Habiter Mieux a été créé pour lutter contre la précarité énergétique en améliorant le confort thermique et en réduisant les factures énergétiques des ménages les plus modestes. L’Aide Habiter Mieux, ou Aide de Solidarité Ecologique, représente un soutien financier de 3.000 € minimum, pouvant être majoré d’un complément et d’une aide locale de 500 €. Outre cette aide financière, le programme Habiter Mieux offre un accompagnement personnalisé permettant aux bénéficiaires de réaliser leurs travaux dans les meilleures conditions. Pour cela, un diagnostic énergétique, un projet de travaux et un plan de financement sont réalisés par l’un des collaborateurs du programme.

Un succès grandissant

Le programme Habiter Mieux connaît un succès croissant ces dernières années. C’est pourquoi les objectifs ont été revus à la hausse avec 38 000 logements rénovés d’ici la fin de l’année. Un objectif qui nécessite pas moins de 673,2 millions d’euros pour être atteint. Cependant, l’Anah ne pourra peut-être pas satisfaire toutes les demandes d’aides qui lui sont adressées. En effet, en juin dernier, plus de 18.000 ménages ont bénéficié du programme, soit 50 % de l’objectif. Afin de satisfaire la demande grandissante, l’Anah a demandé une rallonge budgétaire de 80 millions d’euros pour 2015, mais en attendant, les recettes risquent de ne pas suffire à financer l’ensemble des travaux éligibles.

 Pour faire face à ce manque de moyens, l’Anah accorde donc ses aides en priorité aux ménages très modestes, soit plus de 69 % des demandeurs, ainsi qu’aux ménages modestes vivant dans un logement délabré. Face à ce succès, l'Anah se voit contrainte d'adopter des mesures de restrictions qui seront de vigueur jusqu’en fin d’année, mais elle espère voir sa demande accordée que ces aides soient étendues !