Ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie : un bilan très mitigé


Cet article aborde les points suivants :


concurrence marché energie et chauffage

Des consommateurs encore réticents

Selon le Médiateur de l’énergie, seuls 10% des Français ont souhaité changer de fournisseur lors de l'ouverture à la concurrence des marchés de l'énergie. Les anciens monopoles que sont EDF et Engie (ancien GDF Suez) se taillent toujours la part du lion, ainsi les nouveaux fournisseurs n’ont attiré que 16,7% des consommateurs dans le gaz et 9,6% pour l’électricité. Et pour cause, le Médiateur de l’énergie note également une augmentation du nombre de litiges entre les clients et ces nouveaux fournisseurs. Entre autres, les difficultés «à émettre les factures, à résilier les anciens contrats, à rembourser les trop-perçus…» sont en ligne de mire.

Une ouverture qui n’a pas permis la baisse des prix

En effet, la facture de courant s’est envolée de 49% en moyenne depuis 2007 pour les clients aux tarifs réglementés utilisant un chauffage électrique et de 56% pour ceux utilisant un autre mode de chauffage. Selon les chiffres de 2013 du Commissariat général au développement durable, un ménage français consacre en moyenne 3.200 euros par an à l’énergie (1.850 euros pour l’énergie domestique et 1.350 euros pour le carburant)

Quelles solutions pour les ménages en état de vulnérabilité énergétique ?

En janvier, une étude de l’Insee comptabilisait 5,9 millions de ménages en «vulnérabilité énergétique», c’est-à-dire contraints de consacrer une part importante de leurs revenus au chauffage et aux pleins de carburant pour leur voiture. Les solutions avancées pour remédier aux situations de vulnérabilité énergétiques sont :
  • Le chèque énergie pour les ménages les plus modestes dont la généralisation est prévue en 2018. Concernant son montant, le Médiateur de l’énergie plaide pour un montant «de l’ordre de 250 euros par foyer», ce qui supposerait une enveloppe d’un milliard d’euros.
  • La mise en place d’un «fournisseur de dernier recours» pour les ménages faisant l’objet d’une résiliation de contrat à l’initiative du fournisseur. Ce fournisseur tiendrait un rôle comparable au service bancaire universel dans le domaine de l’énergie.
Fournisseurs récents ou historiques, la part de l’énergie prend de plus en plus d’ampleur dans le budget des ménages ! Pour limiter cette hausse de la consommation énergétique, tournez-vous vers des appareils électriques peu énergivores : chauffage électrique Rothelec, domotique, ampoules basse consommation…

 

 

Source : http://tinyurl.com/nvw26hz